Home » Carte Postale » Circuit « Arménie Sacrée », 15 au 23 Juin 2013

Circuit « Arménie Sacrée », 15 au 23 Juin 2013

P1040672-001L’Arménie, un pays à découvrir, mais qui se mérite, car contrairement à certains circuits, les grands monuments ou sites archéologiques n’existent pas. Alors pourquoi aller en Arménie ? Tout d’abord pour rencontrer les Arméniens et leur histoire qui date de plusieurs milliers d’années (Yerevan a été fondée 50 ans avant Rome), pour découvrir la naissance de cette religion catholique arménienne proche de la nôtre mais si différente dans ses rites, pour découvrir des monastères datant de plusieurs siècles au sein d’un écrin somptueux de montagnes, bien que le mont Ararat soit en Turquie. Trois millions d’arméniens vivent en Arménie et sept millions hors de leur pays.

Le vol direct Air France nous conduit à Yerevan en moins de 5 heures. Dès le premier soir, le dépaysement est présent avec la découverte de la Place de la République très brejnévienne dans le style où se situe l’hôtel Mariott. Tous les soirs, cette place est très animée, entre autres, par un spectacle de fontaines musicales.

P1040770-001Que découvre-t-on en Arménie ? Partout la gentillesse et l’accueil du peuple arménien. Mais l’Arménie, c’est principalement la découverte des monastères, des paysages (tantôt ressemblant à la Suisse, tantôt à la steppe) et l’histoire de 25 siècles bien animés. Si la découverte de monastères ne vous intéresse pas, ne venez pas en Arménie.

P1040934-001Les coups de cœur : Nous avons visité pas moins de 16 monastères et églises, un temple, un fort médiéval et quelques centres d’intérêt. Nous avons particulièrement aimé :

* La messe, le dimanche matin, dans la cathédrale d’Etchmiadzine en présence du Catholicos, le pape pour les arméniens. Des chants et une cérémonie splendides.
* Le concert privé de chants religieux dans une chapelle creusée dans la roche du monastère de Ghegarde.
* Le monastère de Khor Virap (construit en 624) dominé par le mont Ararat
* Le monastère de Tatev (construit en 895) que l’on atteint par un téléphérique.
* Le monastère d’Akhtala pour ses fresques
* Le fort médiéval d’Amberd surgissant de la brume.

P1040621-001Une halte au mémorial du génocide arménien s’impose même s’il ne renferme pas la même intensité que des lieux identiques en Israël ou au Cambodge. En fin d’après-midi, la descente des cascades à Yerevan offre de beaux points de vue. Et pour finir, boire une bière avec les arméniens, le long des fontaines proches de la Place de la République (Vazgen Sargsyan).

La guide : Hasmik, très érudite, une connaissance parfaite de l’histoire de son pays et heureuse de faire découvrir son pays, son passé et son avenir. Elle est intarissable sur la présence russe avec Staline, Brejnev, l’indépendance de l’Arménie et le génocide arménien. Nous avons appris beaucoup avec elle.

P1040770-001Le moyen de transport : Un grand car pour 20 personnes donc de la place mais un peu plus délicat à manœuvrer car la majeure partie des routes est en mauvais état. Nous avions un excellent chauffeur : Ashott.

Les hôtels (Mariott à Yerevan, Mirhav à Goris, Best Western Paradise à Dilidjan, Tufenkian Avan à Dzoraghet) : Corrects pour le pays, mais il faut enlever une à deux étoiles pour avoir la réalité. Les chambres et les salles de bains ont toujours été propres et les repas du soir convenables quand nous les avons pris à l’hôtel. Les petits-déjeuners parfois moyens surtout au niveau du service. Le Mariott n’échappe pas à cette règle mais il jouit d’une situation remarquable sur la Place de la République à Yerevan.IMG_0012-001

Les restaurants : Pratiquement, nous avons mangé tous les midis chez l’habitant dans des endroits sympas à l’extérieur, le temps le permettant. La nourriture est simple, abondante et arménienne ; de multiples salades en entrées, porc, bœuf, légumes farcis, pâtisseries et fruits. La bière et le vin, inclus dans le forfait, n’ont jamais manqué. Le soir, en dehors des repas pris dans les hôtels, les restaurants à Yerevan ont été sympas (Toufenkian, Hasmik). Une mention spéciale pour le restaurant Ararat Hall (dernier repas de midi) avec la présentation des plats par le chef et un repas soigné. Par contre, le restaurant spectacle Ararat Matan n’est pas à la hauteur par le manque de conviction des musiciens. Un restaurant négatif : le restaurant français du dernier soir (voir plus loin).

Les points à améliorer :

* La taille du groupe. Nous étions 20 participants. Si tout le monde a toujours été ponctuel, cette taille est limite pour les déplacements au sein des monastères (par exemple) ou lors des repas chez l’habitant et nuit, un peu, à la cohésion du groupe et au contact avec les arméniens. Je pense que 14 participants max serait un chiffre à retenir. Ce nombre de participants permettrait d’utiliser un bus plus petit donc plus manœuvrable.

P1040925-001* La présence au minimum de 2 accompagnateurs locaux lors de la marche à pied dans la gorge de Garni pour un groupe de cette taille. En effet, de nombreuses personnes ne veulent pas aller jusqu’au temple de Garni pour tout un tas de raison et comme on ne peut pas les laisser rebrousser chemin tout seul, il n’y a plus de guide pour effectuer la remontée vers le temple de Garni. C’est un point négatif.

* Le repas du dernier soir dans un restaurant français à Yerevan. Le seul mauvais repas : viande immangeable et fraisier à peine décongelé. Restons arménien !

* Inscrire au programme, la visite du marché aux fruits et légumes très typique avec des marchands sympas. Nous l’avons fait en nous dissociant un moment du groupe.

Appréciation finale : Un voyage très intéressant qui mérite d’être fait pour découvrir un pays attachant peu connu. C’est un voyage assez fatiguant par le nombre d’heures passées dans le bus.

Jean Claude V.

A propos Jean Claude

Passionné de voyages découvertes à travers le monde, aimant découvrir la vie et les coutumes des habitants des pays visités, sans oublier les villages du Club Med pour le sport et la convivialité après un circuit ou tout simplement pour se ressourcer. Passionné également de tennis et de musique New Orleans et Blues (Batteur dans une formation).

A LIRE AUSSI

Le sport en été à la montagne

Le sport en été à la montagne, j’ai testé pour vous deux activités totalement différentes, …

Mes 4 jours au Club Med de Vittel par Phaeton94

TRANSPORT / ARRIVEE AU CLUB C’est notre premier séjour à Vittel et surtout sans transport, …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share This